Le Mont Maudit

5 août 2008
Lorsqu’on gravit le Mont Blanc en montant ou descendant par la voie dite des « trois monts » on passe par l’épaule du Tacul ainsi que le col du Mont Maudit. La course est déjà bien assez longue et, à moins d’être particulièrement sur-entrainé (ce qui n’est jamais mon cas), on ne prend généralement pas le temps de faire le crochet par ces deux sommets satellites. Si le Mont Blanc du Tacul est facilement faisable en course à la journée grâce au téléphérique de l’Aiguille du Midi, le Mont Maudit, lui, demande un effort un peu plus conséquent.

Initialement, nous voulions aller faire les arêtes de Rochefort, mais le refuge Torino affichant complet, nous nous sommes rabattus sur le plan B: dormir au refuge des Cosmiques et gravir le Mont Maudit. Coup de bol, en appelant le matin même, les Cosmiques ont encore de la place. Le temps est nuageux lorsque nous arrivons au refuge vers 17h, mais dans la soirée, les sommets se découvrent pour nous offrir un beau spectacle au moment du coucher de soleil.

6 août 2008
Nous partons juste derrière les dernières cordées qui vont au Mont Blanc, c’est à dire peu après 2h15 du matin. La trace est raide, mais bien marquée par le passage de tous ceux qui nous précèdent et nous pouvons donc monter d’un pas lent et régulier. Comme d’habitude, au sommet de l’épaule du Tacul, nous croisons des cordées parties trop vite qui font demi-tour et reprennent le chemin de la descente. Après cette première montée, la deuxième pièce de résistance est l’ascension de la face du Maudit. Là aussi, la trace est bien raide et il y a même, c’est la première fois que je les vois, des cordes fixes pour gravir les 50 derniers mètres sous le col du Mont Maudit. Il faut reconnaitre qu’elles sont bien utiles pour franchir le petit passage en glace vive qui se trouve sous le col.

A 6h30, tandis que nous arrivons au col, nous avons droit à un magnifique spectacle du Mont Blanc qui s’embrase sous les rayons du soleil levant. C’est ici que nous quittons la longue file de cordées qui montent vers le toit des Alpes pour nous retrouver seuls sur les 100 derniers mètres qui mènent au sommet du Mont Maudit. Le temps de faire quelques photos et nous voici déjà repartis dans la descente. C’est en refaisant l’itinéraire de jour que l’on se rend compte de tout le chemin parcouru dans la nuit. La descente n’est pas difficile, mais la fatigue et l’effet de l’altitude se font sentir et je fais donc de tous petits pas pour éviter l’erreur de cramponnage qui pourrait mener à la chute.

Une fois revenus au col du Midi, une dernière épreuve nous attend: la remontée à l’Aiguille du Midi pour reprendre la benne et descendre à Chamonix. Il n’y a que 300 mètres de dénivelée, mais lorsqu’on est partis depuis près de huit heures, croyez moi, on les sent passer !

Photos

Les liens pour en savoir plus:

Tagués avec :
Publié dans Alpinisme, Haute-Savoie

Laisser un commentaire

Brigitte Djajsasmita

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Catégories

Archives

%d blogueurs aiment cette page :