Art Chêne 08 – Biennale d’art en ville

Pour la troisième fois, les communes de Chêne-Bougeries, Chêne-Bourg et Thônex proposent aux Genevois une exposition en plein air avec des œuvres contemporaines. Après les thèmes L’eau et le bois (2004) et Migrations (2006), c’est le Tarot de Marseille qui sert de fil rouge pour cette édition qui s’intitule « Double Vue ». Je ne suis pas une grande spécialiste en matière d’art contemporain. Je dirais même que mes connaissances sont plus que nulles dans le domaine et je n’ai donc pas l’intention de porter de jugement artistique sur les œuvres exposées car celui-ci n’aurait aucune valeur.

Le but de ce billet est simplement de vous présenter l’exposition telle que je l’ai vécue personnellement: un prétexte à une balade dans les rues de mon quartier, munie de mon appareil photo et du plan PDF téléchargé depuis le site Internet (Attention: celui-ci comporte quelques petites erreurs!). Une sorte de jeu de piste à la recherche de ces œuvres, dont certaines ne furent pas toujours faciles à trouver ou à identifier. Un petit défi photographique aussi puisque je suis partie avec mon objectif 50 mm uniquement, m’obligeant ainsi à me déplacer pour trouver le bon angle de prise de vue et de cadrage, plutôt que de simplement tourner la bague d’un zoom.

Au bas de cette page vous trouverez l’itinéraire que j’ai suivi qui part des Grangettes et qui se termine à la Salle des Fêtes de Thônex. Les emplacements de chaque œuvre y sont signalés par des lettres que vous retrouvez dans le texte ci-après. Un peu moins de 3 km, soit une visite à la portée de tous (ou presque).

Alors profitez en… l’exposition se termine le 28 novembre 2008.

A) Belly Button (Patricia Terrapon-Leguizamon)

Cette première œuvre est un peu excentrée par rapport au reste de l’exposition. La visite commence donc au Parc des Grangettes (où se trouvent les cabinets médicaux). Nichée sur le côté de la maison, on découvre cette grosse masse rouge qui se repère de loin. Ca flashe, ça brille, c’est lisse, bref… c’est assez photogénique et ça s’appelle Belly Button (nombril), mais il n’y en a pas!

B) L’empereur et ses Cinq Conseillers (Barbara Gabathuler)

On part ensuite pour une petite marche le long de la route de Chêne. N’hésitez pas à quitter celle-ci pour traverser le Parc Stagni et son voisin le Parc Sismondi. En quittant ce dernier, juste en face de la Salle Communale de Chêne-Bougeries, levez le nez vers les arbres pour y découvrir les cinq conseillers colorés de l’empereur qui lui, est absent.

C) Naine Blanche (Collectif HEAD)

Revenez ensuite vers la rue de Chêne-Bougeries (c’est la route de Chêne, mais elle a changé de nom). La Place du Colonel A.-Audéoud regroupe pas moins de trois oeuvres, même si au premier coup d’oeil, toutes ne sont pas très facile à identifier. La première des trois est dans ce cas, puisque j’ai d’abord pensé qu’il s’agissait d’un simple jeu mis à disposition des enfants…

D) Sinking Moon (Elena Montesinos)

La suivante est plus évidente à trouver: c’est cette grosse lune blanche qui semble être venue se poser au milieu de la fontaine.

E) Constellations (David Roux-Fouillet)

Quant à la dernière de ce triptyque, je vais vous aider un peu: quittez la place par les quelques marches qui permettent de regagner la rue de Chêne-Bougeries et cette fois baissez la tête pour étudier attentivement le trottoir. Vous y verrez de petites incrustations qui brillent comme des diamants. Non, c’est pas des vrais… alors pas la peine de vous esquinter les ongles en essayant de les récupérer !

F) Tarot Urbain (Exa Concept)

On continue notre balade pour se rendre un peu plus loin dans ce que j’appellerais le coeur de l’exposition puisqu’on y trouve une dizaine d’œuvres sur un périmètre assez restreint. Une fois passée le goulet de Chêne-Bougeries, juste à l’endroit où le trottoir s’élargit à nouveau, un étrange panneau nous permet de découvrir les différentes phases de la lune.

G) Lucifer Rising (Christoph Draeger)

L’oeuvre suivante se cache parmi les arbres de la Place des Trois Martyrs, mais après ces derniers jours de pluie, elle doit être plus facile à trouver…

H) Eléphant (Adrienne Barman)

En franchissant la Seymaz, qui sépare les communes de Chêne-Bougeries et de Chêne-Bourg, jetez un coup d’oeil du côté de l’eau en aval du pont: vous devriez y découvrir cet éléphant et son entourage coloré.

I) Sans Nom (Zorro & Bernardo)

On est ainsi arrivé au rond-point aux règles de circulation bien particulières puisque celui-ci est traversé par le tram qui a la priorité sur tous les autres véhicules. Mais comme nous sommes à pied, cela n’a pas trop d’importance pour nous. Quatre étendards ornent ce carrefour et si l’on regarde bien on remarque qu’il ne s’agit pas des drapeaux des communes des Trois-Chêne.

J) Les Racines du Pendu (Eric Schimpf)

Pour la suite de la visite, traverser la rue en direction de la Place Favre et le petit parc qui occupe celle-ci. Au milieu des arbres habituels, on trouve un petit nouveau qui semble avoir de drôles habitudes… avec ses racines à l’air.

K) War Nerve 2006/2008 (Claude Lévêque)

Au centre du parc, un amoncellement de chariots nous rappellent que la Migros et la Coop ne sont pas bien loin. D’ailleurs si vous avez des courses à faire, c’est le moment d’en profiter ! Par contre je vous déconseille de prendre un de ces chariot…

L) Godhouse (Christoph Draeger)

Denière oeuvre exposée sur cette place, cette petite niche jaune semble faire du mimétisme avec l’école située juste à côté. Pour la suite de la balade, dirigez vers la rue R.A. Floquet…

M) XI (Kressig A.G.)

Voici la seule oeuvre que je n’ai pas réussi à trouver lors de ma balade initiale. Il faut avouer qu’ils l’ont bien planqué ce monstre sur roues et sa mystérieuse propriétaire qui se cache sous un voile bleu. Pour la découvrir, allez faire un tour derrière la nouvelle Salle Communale de Chêne-Bourg et jetez un coup d’oeil en dans la petite cour qui se trouve un niveau plus bas.

N) Inside Outside (Laurent Possa)

De retour dans la rue Floquet, n’hésitez pas à vous approcher de l’énorme serpent coloré qui occupe l’aire de jeux pour enfants… il n’est pas méchant ! Et juste derrière vous trouverez ce joli petit kiosque bleu dont le nom vous indique qu’il faut aussi aller voir ce qui se trouve à l’intérieur.

O) Entelequia (Lucia Moure)

Enfin, à l’autre bout de la rue, décorant la Place Jean Héridier, on découvre cette immense balance. La pharmacie n’est pas loin. Peut être utilisent ils cette oeuvre pour peser les herbes et différentes préparations que vous pourriez y acheter…

P) De Guerre ou de Paix (André-Marc Dussoix)

Engagez vous ensuite dans la rue Peillonnex, un petit bout de rue piétonne où il fait bon flâner. A l’autre bout de celle-ci vous trouverez cet étendard rouge qui vous signale qu’à partir de ce point on doit à nouveau partager la rue avec les voitures et autres véhicules.

Q) Bancs Publics (Maboart)

Pour la suite de la visite, il faut marcher un petit moment avant de tomber sur la série d’œuvres suivantes. Celle-ci s’appelle Bancs Publics, mais on ne pourra malheureusement pas en profiter pour se reposer quelques instants: ces bancs sont entourés d’une petite barrière en bois et sont donc là pour le seul plaisir de nos yeux…

R) Boite Automate (Serge Braccheto)

Juste à côté on trouve la Boite Automate… interdite aux chiens !

S) Rouge (Olivia Adatte)

Quand à ce beau filet orange, j’avoue que j’ai failli ne pas le voir car il se cache habilement dans un des arbres qui bordent la rue.

T) La Pisseusse (Angela Marzullo: René Julien)

Posée à l’angle de la route de Jussy et de l’avenue Tronchet, cette Pisseusse est tout à son affaire ne semble pas du tout gênée par les nombreux passants et la circulation.

U) Flashback (Pascal Berthoud)

A partir d’ici, on s’engage dans l’avenue Tronchet qui marque la dernière ligne droite du parcours. Ouvrez bien l’oeil pour apercevoir ces deux écrans qui se trouvent sur le trottoir de gauche et qui sont plus petits qu’on ne l’imagine.

V) Yo-Yo (Geneviève Favre)

Lorsque vous aurez trouvé ces yo-yos colorés qui ornent un des arbres devant la Salle Communale de Thônex, vous serez arrivés à la fin de la visite. Pour revenir au point de départ, il ne reste plus qu’à emprunter un tram en direction du centre-ville.

J’espère que vous aurez apprécié cette petite balade artistique à travers les rues des Trois-Chêne. Avant de vous quitter, je tiens à préciser qu’une œuvre supplémentaire était prévue au départ. Le collectif Affiche Sauvage avait en effet recouvert le mur du cimetière de Chêne-Bougeries d’une fresque de 70 mètres de long intitulée La Procession vers le Jugement Dernier, mais une partie de celle-ci fut jugée « non-conforme » par les organisateurs de la manifestation et la peinture a donc été effacée. Pour plus d’informations, voir l’article de la Tribune de Genève (lien ci-dessous).

Pour finir, je vous livre une dernière image que j’ai prise ce jour là. Il s’agit bien d’une œuvre contemporaine, même si celle-ci ne figure pas au catalogue de l’exposition. L’artiste se nomme Nature et il s’agit d’un magnifique amas de champignons qui se trouvait dans le Parc Sismondi. Personnellement, je n’avais rien vu de tel… et j’ai trouvé que c’était très joli !

L’itinéraire:

Les liens pour en savoir plus:

Publié dans Balades, Genève Tagués avec : , ,
2 commentaires pour “Art Chêne 08 – Biennale d’art en ville
  1. athos99 dit :

    Superbe reportage ! ça me donne envie d’aller voir cette expo !

  2. bibi dit :

    Merci Michel,
    Je suis contente de voir que tu apprécies toujours mes balades genevoises… :o)

Laisser un commentaire

Brigitte Djajsasmita

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Catégories

Archives

%d blogueurs aiment cette page :