Lever du soleil à l’Assekrem, Sawînan et retour

Samedi 16 décembre 2006
Le vent a soufflé toute la nuit et nous ne regrettons vraiment pas notre décision d’avoir dormi dans une chambre plutôt qu’en bivouac. Lorsque le réveil sonne à 6h, c’est Eric qui se dévoue pour aller voir quel temps il fait. Il revient dans la chambre en annonçant que le ciel est bien étoilé. Du coup nous nous levons tous et à 6h15 nous prenons le chemin de l’ermitage accompagnés de la petite chatte tricolore que j’avais repérée hier. Elle restera avec nous pendant tout le temps que nous serons là haut et ne nous quittera qu’à la descente pour aller chasser les souris.

A cette heure matinale, il fait encore nuit noire et à près de 3’000 mètres d’altitude, la doudoune n’est pas un luxe. N’ayant pas pris de trépied, j’improvise un support pour mon appareil photo et m’installe dans l’attente du lever du soleil. Malheureusement, au fur et à mesure que le jour se lève, le nuages se font de plus en plus nombreux et finalement le spectacle sera un peu moins beau que ce que nous avions imaginé.

Tandis que nous descendons, nous rencontrons Frère Edouard qui nous invite à boire le thé en sa compagnie. Il nous parle de la vie sur l’Assekrem où il habite depuis 1972 puis nous confie un peu de courrier à poster à des amis en France. De retour à l’auberge, nous déjeunons en compagnie de Moussah et Ramdane puis partons pour notre dernière journée d’escalade.

La voie normale de la Sawînan fut également ouverte par la cordée Coche/Frison-Roche en 1935. C’est une voie très ludique qui profite des faiblesses de ce piton rocheux et qui suit un itinéraire hélicoïdal en s’enroulant littéralement autour du sommet.

C’est vraiment une escalade à faire pour le plaisir pur de la balade et nous en profitons d’autant plus que le beau temps semble être revenu pour notre dernier jour dans le désert.

Au sommet nous profitons une dernière fois de la vue spectaculaire sur le paysage lunaire qui nous entoure avant de redescendre en rappel.

Une courte marche nous permet de retrouver notre véhicule où nous dégustons une dernière salade préparée par les bons soins de Ramdane.

La semaine tire à sa fin. Cet après-midi nous allons resuivre la piste jusqu’à Tamanrasset où nous passerons une dernière soirée avant de reprendre l’avion le lendemain pour rentrer à Paris. Ma tête est encore pleine d’images et de sensations vécues pendant ce séjour hors du temps et j’espère vraiment que j’aurai l’occasion de revenir grimper dans le Hoggar un jour…

Photos:

Tous les billets de ce voyage:

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Réseaux sociaux

Partagez cet article avec vos amis!