Le Gîte à Balmat et La Jonction (sur les pas des premiers ascensionnistes du Mont Blanc)

Enfin pour la première fois depuis le début de la belle saison, toutes les conditions sont réunies pour me permettre d’aller faire une balade ailleurs qu’au Salève. Attention, je ne dis pas que le Salève ce n’est pas intéressant et au contraire, plus je parcours cette montagne, plus j’y découvre des sentiers sympas. Mais bon, de temps en temps on a tout de même envie d’aller voir ailleurs et donc dimanche dernier c’est vers la vallée de Chamonix que je me suis dirigée.

 

Sur le sentier 

Au programme de cette journée, la montée à la Jonction en passant par le chalet des Pyramides. Le départ s’effectue depuis le hameau du Mont qui lui-même se trouve au-dessus des Bossons. Depuis la route principale il suffit de suivre les panneaux indiquant le Tremplin Olympique. On peut se garer juste après Le Mont, mais il est également possible d’économiser environ 30 minutes d’effort en empruntant le télésiège des Bossons.

 

Le Glacier des Bossons 

Depuis le Mont, un bon sentier (récemment refait) monte régulièrement dans la forêt pour rejoindre l’itinéraire qui part de l’arrivée du télésiège vers 1400 m. On continue ensuite à faire des lacets dans les arbres (ce qui par temps de canicule est tout à fait appréciable) jusqu’à un point de vue sur le Glacier des Bossons situé légèrement en contrebas du Chalet des Pyramides à 1895 m. Pour ceux qui le souhaitent, cette petite buvette et sa terrasse surplombant la vallée sont un bon prétexte pour faire un petite pause avant de poursuivre la montée.

 

Le Chalet des Pyramides 

La suite de l’itinéraire se fait sur la partie supérieure de la Montagne de la Côte, dans un environnement un peu moins verdoyant, mais maintenant nous avons en permanence le spectacle des glaciers et des sommets qui nous dominent. Vers 2200 m, au pied du Bec du Corbeau il faut descendre d’environ 50 m sur le versant Taconnaz pour passer sous des rochers et remonter de l’autre côté.

 

Dôme du Goûter et glacier de taconnaz 

Le sentier repasse ensuite sur le versant Bossons pour faire une traversée qui donne accès à la dernière montée (un peu plus de 300 m). En parcourant ce cheminement bien tracé je ne peux m’empêcher de penser aux premiers ascensionnistes, Jacques Balmat et Michel Gabriel Paccard et j’essaie d’imaginer comment ils pouvaient progresser sur ce terrain avant que celui-ci ne soit aménagé. Un peu plus haut, d’énormes blocs de granit offrent des abris rudimentaires à leur base et une plaque a été posée pour nous indiquer que c’est ici qu’ils ont passé la nuit avant de partir à la conquête du Mont Blanc le lendemain. C’est le Gîte à Balmat.

 

Le Gîte à Balmat 

Il ne reste plus qu’à suivre une arête ascendante pour arriver au point le plus haut situé à 2589 m et qui porte le nom de la Jonction puisque c’est ici que se rejoignent les glaciers des Bossons et de Taconnaz. Il y a foule en ce dimanche de beau temps mais nous trouvons tout de même un petit coin pour nous asseoir et profiter de la vue.

 

Les monchus à la Jonction 

Mais au bout de 30 minutes de contemplation il faut déjà songer à partir car la descente se fait par le même itinéraire et il y a tout de même 1500 mètres avant de retrouver la voiture…

 

Contemplation 

    Données techniques de la course: 

  • Point de départ: Le Mont (1150 m)
  • Sommet: La Jonction (2589 m)
  • Dénivelée: environ 1500 m
  • Horaire montée: 3h10
  • Horaire descente: 2h15
  • L’itinéraire sur Géoportail

1 Comment

  1. commentaire sympa et belles photos ! Il est impressionnant de voir comme le glacier des Bossons se situe maintenant bien en dessous de la Jonction, point culminant du rocher. Il était de niveau il y a une dizaine d’années encore.
    ceci dit, il existe un autre itinéraire, beaucoup moins connu et plus escarpé, qui permet de monter à la Jonction côté glacier de Taconnaz. Très agréable car toujours à l’ombre le matin, il offre de magnifiques vues sur le glacier de Taconnaz (et son paravalanche ruineux !)
    Il rejoint le chemin des Pyramides sous le Bec de l’Oiseau que l’on contourne désormais (par la montée classique) car le passage d’origine est devenu beaucoup trop dangereux;
    Bonne continuation pour des balades sympa.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :