Kilimanjaro Machame Route (Jour 7)

Samedi 12 septembre : De Mweka Camp à Mweka Gate

Bien que Bongo nous ait octroyé le droit de faire la grasse matinée (le petit déjeuner n’est prévu qu’à 8h ce matin), j’ouvre un œil vers 5h, après une nuit plutôt agitée. Il est rare que je dorme très bien après une grosse journée d’effort et je me dis que je ne profiterai que mieux du lit et de la chambre d’hôtel la nuit prochaine. Malgré l’heure matinale, il y a déjà du bruit dans le camp qui, petit à petit, se met en mouvement. Comme je n’arrive plus à dormir, je passe le temps en bouquinant et en écrivant mon carnet de route et je perçois le volume sonore qui augmente au fur et à mesure que le jour se lève.

Camp de Mweka
Je ne suis visiblement pas la seule à m’être réveillée tôt puisque bien avant 8h, nous sommes déjà tous sous la tente mess pour prendre le petit déjeuner. Il y a une effervescence perceptible aussi bien chez les porteurs que chez nous et l’on sent que tout le monde est impatient d’en finir avec cette dernière descente. Notre staff s’affaire au démontage de nos tentes pendant que nous déjeunons, notre cuistot montre beaucoup d’empressement à venir débarrasser nos assiettes pour vite faire la vaisselle et dès que nous quittons la tente mess, celle-ci est vidée et démontée en l’espace de quelques minutes.

Dans la forêt
A 8h30, nous voici déjà sur le départ avec une bonne demi-heure d’avance sur l’horaire prévu. Le sentier est très bon et descend régulièrement à travers la forêt. Encore plus que les autres jours, nous sommes constamment doublés par des porteurs lourdement chargés dont certains semblent presque courir…

Mweka Gate
Nous mettons deux heures pour parcourir ces derniers kilomètres et retrouvons soudainement la civilisation lorsque nous débouchons à Mweka Gate. Une foule se concentre dans cet espace limité : des bus et des 4×4 manœuvrent sur le parking en faisant vrombir leurs moteurs. Des marchands de T-shirts, chapeaux, casquettes et autres souvenirs estampillés « Kili » se précipitent vers nous pour nous présenter leur marchandise tandis que d’autres se proposent de nous brosser nos chaussures pour les dépoussiérer! Obed nous dirige vers l’emplacement où notre staff a dressé notre table pour le repas et en regardant autour de moi je constate que toutes les agences de trek procèdent de même et chaque groupe est installé dans son coin.

Préparation de la table
On fait la queue pour signer le registre
Nous allons rejoindre l’immense file de trekkeurs qui s’est formée devant le guichet du bureau du parc car nous devons, une dernière fois, signer le registre pour signifier notre sortie définitive et le fait que nous avons survécu. Cette fois on nous demande également d’indiquer si nous sommes parvenus au sommet ainsi que la date et l’heure de notre ascension. Toutes ces informations sont ensuite retranscrites sur un magnifique certificat qui nous est remis par le parc.

Service du vin rouge
Après un délicieux repas (poulet et frites) arrosé d’un non moins délicieux vin rouge, Bongo rassemble tous les porteurs pour la cérémonie d’adieu. C’est à ce moment là que nous apprenons officiellement que nous avons été encadrés par pas moins de 38 personnes, soit 4 guides, 2 cuistots et 32 porteurs pendant cette semaine trek. Aujourd’hui, après avoir revêtus des habits propres (pas comme nous qui sommes encore couverts de poussière), ils s’alignent devant nous pour nous saluer. Jean-Pierre remet à Bongo l’enveloppe dans laquelle nous avons chacun mis un montant qui représente les pourboires. Ceux-ci seront répartis de manière équitable (du moins je l’espère) entre tous les membres du staff en fonction du travail effectué. C’est une pratique qui nous surprend en tant que Français, mais qui a été profondément ancrée ici par les anglo-saxons et il est donc difficile d’y échapper.

Chants et danses
En guise d’adieu les porteurs entonnent alors une série de chants africains et se mettent tous à danser pour nous. C’est un moment particulièrement émouvant, difficile à traduire ici en quelques mots, mais je pense que je n’exagère pas en disant que nous avons tous (ou presque) une larme à l’œil au moment de dire au revoir à chacun d’entre eux. Jamais je n’oublierai la qualité du service que nous avons reçu pendant notre trek avec une équipe d’hommes toujours souriants et toujours prêts à se rendre utiles. Un grand merci à tous ces courageux qui gagnent leur vie sur la montagne et sans qui l’ascension deviendrait vite une entreprise beaucoup plus sérieuse.

Une équipe formidable !
Il est alors temps de monter dans le bus qui est venu nous chercher pour aller à l’hôtel à Moshi. Celui-ci est somptueux avec des petits bungalows, un immense jardin, une piscine et un bar. Dommage que nous n’ayons que si peu de temps pour en profiter… car dès demain matin nous repartons pour la partie safari de notre voyage et à nouveau quelques nuits sous la tente.

Toutes les étapes de ce trek:

Publié dans Tanzanie, Trekking, Vacances et voyages Tagués avec : , ,
Un commentaire pour “Kilimanjaro Machame Route (Jour 7)
  1. Ana dit :

    Magnifique,vous êtes tous formidables !C`est un plaisir de parcourir ton blog!Merci pour les belles photos et pour les commentaires sympa avec bcp d’humour,sensibilité,et…PRO !
    Ta voisine

Laisser un commentaire

Brigitte Djajsasmita

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Catégories

Archives

%d blogueurs aiment cette page :