Dent d’Hérens… 15 ans déjà !

Nous avons tous dans nos vies des dates qui ont une signification particulière. Hormis le jour de notre anniversaire et ceux de nos proches il y a aussi ces dates qui marquent un évènement qui a pu nous arriver par le passé et qui se rappelle à notre souvenir chaque année. Pour moi, le 31 mars est une de ces dates…

Le Glacier des Grandes Murailles et la Dent d’Hérens depuis le Lac de Place Moulin

Voici en effet 15 ans, jour pour jour, qu’après avoir gravi l’Epaule E de la Dent d’Hérens à ski, j’ai malencontreusement chuté de 25 mètres au fond d’une crevasse…

Ce genre d’accident n’est déjà pas banal (même si on sait parfaitement que lorsqu’on skie sur un glacier, non encordé, c’est un risque que l’on prend), et de nombreuses victimes de chutes en crevasses sont malheureusement mortes sur le coup ou bien décèdent suite à leurs blessures. Mais dans mon cas, une accumulation de petites erreurs ont eu pour conséquence un séjour de 48 heures au fond d’un trou, à plus de 4000 m, avec un bassin fracturé en attendant que les secours viennent me délivrer de ma prison de glace.

Les secouristes installent un trépied pour m’extraire de la crevasse

Je ne vais pas me lancer ici dans un récit détaillé de cet accident car d’autres l’ont fait, avec beaucoup plus de talent que moi. Vous trouverez tous les liens regroupés à la fin de ce billet. J’en profite pour mentionner l’excellent livre écrit par Jean Kouchner, « L’odeur de la Neige ». Il s’agit d’un recueil d’histoires mettant en scène des vadôtains qui se sont trouvés au centre d’aventures étonnantes et des non-valdôtains acteurs malgré eux d’aventures dans en Val d’Aoste.

Mon accident entrant dans la deuxième catégorie, un chapitre de ce livre y est donc consacré. C’est avec l’aimable autorisation de l’auteur que je vous ici quelques larges extraits de ce texte, mais j’espère que ceux-ci vous donneront envie de vous procurer le livre dans son édition intégrale, car croyez-moi, les autres récits sont tout aussi extraordinaires ! Vous pouvez commander le livre ici.

Vous trouverez également ci-dessous un article écrit par un journaliste anglais, Christopher Matthews, pour le compte de Sélection du Reader’s Digest. Il m’avait envoyé la version originale de son article en anglais pour relecture, avant que celui-ci ne soit traduit pour sa publication dans l’édition italienne de la revue. Malheureusement je ne possède pas de version dans la langue de Molière.

Enfin, j’ai aussi eu droit à quelques articles dans la presse italienne et suisse.

Séracs sur le Glacier des Grandes Murailles

15 ans après cette aventure j’ai envie de prendre un peu de recul et essayer de partager avec vous en quelques lignes ce que cet accident a changé pour moi.

Tout d’abord j’aimerais dire que, hormis les blessures physiques (dont je me suis bien vite remise), je n’ai pas eu l’impression d’être traumatisée par mon aventure. Je veux dire par là que je n’ai pas fait des cauchemars en revivant sans cesse ma chute et me réveillant en pleine nuit. Par contre il est certain que j’ai ressenti beaucoup d’appréhension lorsque j’ai skié à nouveau sur un glacier pour la première fois. Et aujourd’hui encore je dois vraiment surmonter la terreur qui m’envahit lorsque qu’un itinéraire glaciaire m’oblige à franchir une large crevasse en sautant (même encordée). Mes compagnons ont été témoins de ma « crise » lors de notre ascension du Cotopaxi en octobre denier !

A la Clinique Générale Beaulieu avec « Samy » le Saint Bernard offert par mes amis Samaritains

A part cette trouille des crevasses, somme toute normale, cette expérience a également changé ma façon de voir les choses dans ma vie de tous les jours, et plus particulièrement la prise de conscience que tout peut basculer en l’espace d’une fraction de seconde. Sachant cela j’essaye de profiter au maximum du moment présent car je ne sais pas si demain ça sera encore possible. Lorsque j’étais au fond de la crevasse j’ai bien sûr envisagé la possibilité de mourir dans ce trou et pourtant je n’ai pas paniqué à cette idée. J’ai réfléchi à ces 35 années de ma vie et j’étais contente de ce j’avais accompli. J’avais l’impression que je pouvais quitter ce monde satisfaite de ne pas y avoir trop perdu mon temps. Depuis mon accident je continue ainsi à réaliser mes rêves autant que je le peux, que ce soit en montagne, dans mes voyages mais aussi à travers mon travail et dans mes relations avec les autres… Carpe Diem !

Pour terminer ce billet, je voudrais dire un mot sur tous les secouristes qui consacrent leur vie pour aller aider ceux qui, comme moi, se trouvent en perdition, en montagne, en mer ou ailleurs. Ils font un travail admirable et bien souvent n’hésitent pas à mettre leur propre vie en danger pour aller sauver celle des autres.

J’ai évidemment une pensée particulière pour les hommes du Secours Alpin Valdotain sans qui je ne serai probablement pas là aujourd’hui et surtout pour le responsable de l’époque, Felice Aguettaz. Il est le premier à être descendu auprès de moi dans la crevasse et jamais je n’oublierai son visage lorsqu’il est venu vers moi.

Le hasard a voulu que bien des années plus tard, ma route croise celle de Philippe et Monique, un couple de Belges, devenus des amis. Ils passent (presque) toutes leurs vacances dans la vallée de Bionaz où ils connaissent tout le monde. Grâce à eux j’ai régulièrement des nouvelles de Felice et nous nous sommes même revus il y a un peu plus de 2 ans.

Avec Felice, en 2008 à Bionaz (photo P. Schillings)

Pour conclure, certains d’entre vous se demandent peut être si je suis retournée à La Dent d’Hérens… et la réponse est OUI. J’y suis allée une première fois l’été 2002 pour gravir le véritable sommet à pied, et puis une année plus tard j’ai voulu refaire l’itinéraire à ski jusqu’à l’Epaule E afin de revoir les lieux précis de l’accident. A chaque fois ce fut des moments remplis d’émotions… mais je n’ai pas gardé de « dent » contre cette belle montagne !

La Dent d’Hérens

Les articles (en anglais, français, allemand et italien) en PDF :

Publié dans Italie, Perso, Ski, Suisse Tagués avec : , , , , , , ,
5 commentaires pour “Dent d’Hérens… 15 ans déjà !
  1. Je comprends que cet accident t’ait marqué et qu’il ait changé ta façon de voir les choses. Qu’il suscite encore une telle émotion quinze ans plus tard. Et je me dis aussi que le hasard fait parfois bien les choses. Je ne sais pas si nous nous serions jamais croisés sans cette chute…
    La montagne est belle, elle peut être cruelle, elle nous apprend l’humilité et c’est aussi une superbe école de vie.
    A bientôt,
    Philippe

  2. Les Chouchoux dit :

    Bonjour Bibi,
    voici déjà quelques temps que je viens visiter ton blog avec plaisir. Tes photos sont magnifiques et je suis admirative de tout ce que tu as fait. La première fois que j’ai entendu parler de ta mésaventure, c’était cet hiver, en lisant le fameux livre, chez l’un de nos amis, ancien gardien du refuge d’Aoste en Valpelline. Ton histoire m’a rééellement marquée et j’ai souvent pensé à toi. Et puis dimanche dernier, nous avons à la troisème tentative, réussi à gravir la belle. J’ai eu au sommet de la Dent d’Hérens une pensée pour toi, même si je ne te connais pas ! Je te souhaite en tout cas encore plein de belles aventures et qui sait, peut être un nous croiserons-nous sur un sommet ! Avec mes amitiés. Christel

  3. bibi dit :

    Bonjour Christel,
    Trop sympa ton commentaire ! C’est vrai qu’on ne se connaît pas… et pourtant, comme je suis une lectrice régulière du « Blog des Chouchoux » c’est un peu comme si on avait déjà fait de la montagne ensemble ! :)
    Je pense d’ailleurs que nos chemins finiront bien par se croiser un jour car nous faisons à peu près les mêmes choses (j’ai vu que vous fréquentiez régulièrement Orpierre par exemple).

    J’ai eu peu de temps à consacrer à mon blog ces dernières semaines pour cause de boulot un peu trop prenant, mais j’espère que j’aurai le temps de reprendre le clavier vers la mi-septembre pour partager quelques belles escalades que nous comptons faire prochainement dans le Dolomites. Le départ est prévu pour dans quelques jours ! :)

    Amicales salutations,
    Brigitte

  4. Les Chouchoux dit :

    Bonsoir Brigitte, j’ai pensé à toi tout à l’heure, la neige sans doute ?! J’espère que tu vas bien et que ton séjour dans les Dolomites s’est bien passé. Voilà un endroit oû nous avons bien envie d’aller découvrir un jour. As-tu déjà sorti tes skis ? De notre côté pas encore nous venons de ranger les chaussons d’escalade et le we dernier en balade à Madrid. On espère bien faire quelques sorties le we de Noël. Alors… à bientôt peut être ?! Tout de bon à toi et joyeux Noël avec un peu d’avance. avec mes amitiés

  5. bibi dit :

    C’est sympa de penser à moi… et d’être repassée sur mon blog !
    Comme tu as certainement pu le constater, celui-ci n’a pas beaucoup bougé ces derniers mois. Il faut dire que je suis très prise par mon travail. J’ai pourtant fait pas mal de sorties en montagne depuis le mois de juillet, mais je manque sérieusement de temps pour m’occuper de mes photos et d’écrire des compte rendus comme je le faisait auparavant, alors je ne publie rien ! :o(
    Mais je ne désespère pas de pouvoir reprendre mes bonnes habitudes très bientôt…

    Les Dolomites c’était super et nous avons fait de très belles escalades. J’ai mis quelques photos sur Flickr, mais c’est loin d’être complet : http://www.flickr.com/photos/bibiweb/collections/72157627793796178/
    Si vous ne connaissez pas cette région, je vous conseille vivement d’y aller un jour. Que ce soit pour l’escalade, les via ferratas, la rando ou le ski, c’est vraiment un paradis de la montagne !

    Pour le ski, je n’ai pas encore chaussé, mais avec ce qui est tombé ces derniers jours, je pense que ça ne va pas tarder. Mais on va peut être rester sur les pistes pour la première journée, étant donné le risque élevé d’avalanche !

    A mon tour je te souhaite de très belles fêtes de Noël et, qui sait… peut être aurons nous l’occasion de nous croiser sur un sommet ou une falaise en 2012 ? :o)

2 Pings/Trackbacks pour "Dent d’Hérens… 15 ans déjà !"
  1. […] plus raides. A un moment il faut franchir une large crevasse en sautant, ce qui éveille en moi, un traumatisme vieux de plus de 14 ans. Heureusement, Jean-Pierre m’aide à franchir cet obstacle, plus psychologique qu’autre […]

  2. […] qui, je le découvre, a fait partie de l’équipe de recherche du premier soir lors mon accident à la Dent d’Hérens. C’est avec beaucoup d’émotion (surtout pour moi) que nous nous remémorons ensemble […]

Laisser un commentaire

Brigitte Djajsasmita

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Catégories

Archives

%d blogueurs aiment cette page :