Les services 1ère classe des TGV Lyria

J’écris ces lignes alors que je suis confortablement installée dans une voiture première classe du TGV Lyria qui m’emmène de Genève à Paris. Ce n’est pas dans mes habitudes de voyager dans ces conditions (quand je fais le déplacement à titre privé je suis plutôt du style à essayer d’avoir un billet Prems à 22€), mais puisque mon employeur m’offre si aimablement un billet plus cher (187.- CHF tout de même), j’aurais tort de le refuser, non ? Cela faisait bien des années que je n’avais pas effectué ce trajet en première et je découvre donc que les passagers de cette classe ont maintenant droit à quelques prestations qui ne sont pas sans rappeler celles proposées dans les avions. C’est d’ailleurs assez paradoxal en cette époque de voyage « low-cost » où l’on en arrive (presque) à devoir payer un simple verre d’eau sur un vol Genève-Bruxelles, de constater que la tendance s’inverse dans les trains, du moins pour les passagers de première classe.

Ainsi, à peine avons-nous quitté le quai de la gare Cornavin, que deux messieurs qui défilent dans le couloir central pour nous proposer de la lecture : divers magazines ainsi que les principaux journaux du jour sont à disposition et, ville internationale oblige, on a même le choix de la langue. Bon OK, c’est français ou anglais… mais avouez que c’est déjà pas mal !

Un peu plus loin c’est le contrôleur qui vient nous voir. Enfin, moi je l’appelle le « contrôleur », mais peut être devrais je dire le « vérificateur » car au lieu de claironner « Contrôle des billets » en entrant dans notre voiture, il annonce « Vérification des titres de transports ». Vous remarquerez que ça sonne nettement mieux. Notre vérificateur, donc, est super aimable (je me demande d’ailleurs s’il n’a pas été engagé pour son sourire éclatant de blancheur) et adresse un « Je vous souhaite un bon voyage Madame/Monsieur. » à chaque passager, après avoir jeté un rapide coup d’œil au titre de transport.

Après Bellegarde, nos deux stewards sont de retour pour nous proposer une petite collation (parce qu’il n’est que 17 h, mais si vous voyagez pendant les heures des repas, on vous sert carrément un repas froid complet). Aujourd’hui c’est salade de fruits et petit fondant au chocolat. Avec cela on peut choisir une boisson froide (eau, coca ou jus de fruits) et une chaude (thé ou café). Nos deux stewards ne sont plus tous jeunes, mais ils font preuve d’une grande serviabilité et n’hésitent pas à vite aller chercher quelque chose au wagon restaurant lorsqu’il n’y en a plus sur leur chariot. Parce qu’ils ont un chariot roulant sur lequel sont rangés tous les plateaux. Si, si, exactement comme dans les avions. La seule chose c’est que dans les trains on n’a encore pas trop l’habitude, alors les pauvres sont sans cesse dérangés par des personnes qui veulent passer pour aller ou revenir des toilettes et du coup cela donne lieu à quelques scènes de contorsions assez cocasses.

Le plateau c’est sympa comme idée, mais ce n’est pas encore tout à fait au point car nos deux amis tardent à venir nous en débarrasser. En fait on ne les revoit plus pendant près de 90 minutes. Au départ ça ne m’a pas trop dérangée parce que la place à côté de moi était libre et j’ai pu mettre mon plateau sur la tablette d’à côté. Mais quand un passager est venu s’asseoir à côté de moi à Macon, il a bien fallu que je reprenne mon plateau… et du coup je ne pouvais plus utiliser mon PC ! J’en profite donc pour passer un message aux stewards des TGV : il ne faut pas 90 minutes pour avaler une salade de fruit et un petit gâteau, alors s’il vous plait, venez récupérer vos plateaux plus vite afin que l’on puisse profiter de notre voyage pour faire d’autres activités !

Dernier service, mais pas des moindres, proposé par la SNCF et TGV Lyria à ses passagers chouchoutés de la première classe : la réservation d’un taxi à l’arrivée. Là c’est à nouveau notre cher « vérificateur » qui vient s’enquérir des besoins de chacun et qui se fend d’une explication à l’intention chaque personne intéressée. Après avoir relevé les noms, il explique que quelqu’un les attendra en bout de quai en brandissant une pancarte à leur nom. Il précise même que « vous ne pourrez pas le rater ! ».

Soudain, un petit garçon arrive en courant vers l’employé de la SNCF et lui tend un billet de 5 euros. Surpris, le contrôleur revient quelques rangées en arrière vers la mère de l’enfant qui vient tout juste de réserver un taxi. I lui explique que le service fait partie des prestations de la première classe qu’elle n’a rien à payer et qu’il ne peut d’ailleurs pas accepter cet argent. Il s’exprime en anglais car la dame en question est bien évidemment d’origine américaine et pour elle le geste de tendre un billet à l’employé lui semblait donc plus que normal. En effet, les américains adorent et cultivent la tradition du pourboire…

Mais là je sens que je m’égare sur un vaste sujet qui n’a rien à voir avec mes propos initiaux et je reviens donc au service de réservation de taxi offert aux passagers TGV de première classe. Environ 30 minutes avant notre arrivée à Paris, il y a eu une annonce : « Pour cause d’un mouvement, social d’une partie du personnel en charge des réservations de taxi, nous vous informons que les réservations ne peuvent pas être garanties à l’arrivée. TGV Lyria vous prie d’accepter ses excuses. » Comme vous pouvez le voir, les prestations 1ère classe c’est une bonne idée, mais encore faut il être en mesure de pouvoir assurer celles-ci jusqu’au bout.

D’ailleurs quelques soient les services proposés par TGV Lyria et quelque soit le prix que vous avez payé votre billet, il y a une chose pour laquelle absolument tous les passagers sont logés à même enseigne : la ponctualité. Et là, croyez moi, les TGV ont encore beaucoup de progrès à faire dans ce domaine. Sur les quatre aller-retours que j’ai eu l’occasion de faire sur les douze derniers mois, mon train est arrivé à l’heure… une seule fois !

Publié dans Divers, France, Humeur Tagués avec : , , , ,
Un commentaire pour “Les services 1ère classe des TGV Lyria
  1. Gustav dit :

    Effectivement les prestations du TGV Lyria sont plus qu’excellentes en Première. C’est même surprenant à notre époque. Reste la ponctualité même si on pardonnera des retards qui restent modestes (moins de 10 min).

Laisser un commentaire

Brigitte Djajsasmita

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

follow us in feedly

Catégories

Archives

%d blogueurs aiment cette page :