Hiram Bingham a ‘découvert’ le Machu Picchu il y a 100 ans aujourd’hui

Les photos qui illustrent cet article ont été prises lors de mon dernier voyage au Perou en 2003. Vous trouverez l’ensemble des photos dans ma galerie Flickr.


C’est le 24 juillet 1911 que l’américain Hiram Bingham, professeur à l’université de Yale, se fait guidé par un habitant du coin jusqu’au site de Machu Picchu, une forteresse Inca construite au XVe siècle, soit une centaine d’années avant l’arrivée des conquistadores espagnols. Si on ne peut pas véritablement parler de découverte (des locaux habitaient sur le site et en exploitaient les terrasses agricoles), c’est tout de même grâce à Bingham que le monde occidental découvre l’existence de Machu Picchu.

Vue d'ensemble du site

Un siècle plus tard, les scientifiques ne sont toujours pas d’accord sur la fonction exacte de ce site. Certains pensent qu’il s’agissait d’un sanctuaire religieux tandis que d’autres affirment que Machu Picchu était une véritable cité, habitée par plusieurs milliers de personnes.

La place centrale

Vue sur le Huayna Picchu

Une chose est certaine, c’est que Machu Picchu, inscrit par l’UNESCO au patrimoine culturel de l’humanité depuis 1983, attire chaque année près de 800’000 visiteurs. A tel point qu’aujourd’hui certains spécialistes tirent la sonnette d’alarme car rien n’a été prévu pour accueillir autant de monde et le site est menacé, victime de sa notoriété.

Intiwatana

Maison des gardes

Pour ma part je suis allée deux fois à Machu Picchu. La première fois, c’était en 1985. A cette époque on pouvait partir de Cusco avec le train « des indiens ». Le convois était tiré par une locomotive une peu poussive et faisait de nombreux arrêts dans les villages où des femmes se précipitaient sous les fenêtres des wagons pour vendre leurs spécialités culinaires. On se partageait les places avec la population locale et certains faisaient même une bonne partie du trajet sur le toit du train ou entre deux wagons pour avoir de l’air frais et profiter de la vue. Pour ma part, je souviendrai toujours des bruits bizarres qui s’échappaient du grand carton qu’un péruvien avait placé sous mon siège. A mon regard un peu intrigué, il s’est cru obligé d’ouvrir la boîte pour me montrer la source : j’étais assise sur plusieurs nichées de poussins !

Temple du Soleil

Maintenant les touristes n’ont plus le droit d’emprunter les mêmes trains que la population locale et doivent prendre les transports qui leurs sont tout spécialement réservés. Une rapide recherche sur le site de PeruRail montre qu’ un aller-retour depuis Cusco, vous coûtera un peu plus de 100 USD par personne si vous optez pour la variante la plus économique… et jusqu’à six fois plus cher si vous choisissez de faire le voyage en train de luxe (mais dans ce cas, le prix du repas pris à bord du train est inclus !).

Niches

Pour visiter Machu Picchu, on passe généralement la nuit à Aguas Calientes, petit village situé au bout de la ligne de chemin de fer et au pied de la montagne qui héberge le site. Là aussi, beaucoup de changements depuis ma première visite. En 1985, j’ai le souvenir que nous avions logé dans un petit « hostal » situé au bord de la voie ferrée. Le confort y était tellement spartiate que nous avions emporté nos sacs de couchage pour dormir et nous utilisions nos lampes frontales pour nous éclairer car les coupures électriques étaient nombreuses dans ce petit hameau « au bout du monde ». Le lendemain matin, lorsque nous avions pris notre petit déjeuner avant de monter jusqu’au site, nous avions dû avancer l’argent à notre jeune logeuse car celle-ci allait chez ses voisins pour acheter les oranges, le pain et les oeufs !

Terrasses agricoles

Lors de mon dernier passage en 2003, Aguas Calientes était devenu une véritable ville, rebaptisée « Machu Picchu Pueblo » (c’est plus facile à retenir pour les touristes). Une nouvelle gare a été construite un peu à l’écart du centre et les hôtels et restaurants ont poussé comme de la mauvaise herbe. On peut même y trouver un hôtel cinq étoiles. Il est certain que le succès du lieu a eu vite fait d’attirer les convoitises et visiblement, rien n’a été mis en oeuvre par les autorités locales pour empêcher l’offre touristique de littéralement exploser, en réponse à la demande toujours croissante.

Vers le Temple de la Lune

Aujourd’hui, l’UNESCO met le site sous « haute surveillance » et l’avenir nous dira si ces prochaines années il faudra instaurer un quota de visiteurs, sur le célèbre site inca. Personnellement, je pense que je retournerai bientôt au Pérou car c’est un pays que j’aime particulièrement. Mais je ne pense pas me rendre une troisième fois à Machu Picchu. Cette fois j’aimerais beaucoup aller visiter Choquiquerao, un autre site inca, situé dans la même région,  et qui, paraît il, n’a rien à envier à son frère jumeau. La seule différence est que pour y arriver il y a trois jours de marche et qu’on n’y trouve pas d’hôtel cinq étoiles…

Vue depuis le Huayna Picchu

Les liens pour en savoir plus :

Diaporama (lien vers ma galerie Flickr) :


Tagués avec : , , , ,
Publié dans Actualités, Pérou, Vacances et voyages
2 commentaires pour “Hiram Bingham a ‘découvert’ le Machu Picchu il y a 100 ans aujourd’hui
  1. Seb dit :

    Salut! je découvre ton blog en cherchant des infos sur un sommet bien de chez nous… le Reculet!

    Super site, superbes images. je reviendrai!

  2. Les Chouchoux dit :

    Coucou Brigitte, comment vas-tu ? As-tu bien skié ce printemps ? Ici assez calme côté peaux, mais nous sommes au moins partis une semaine à Kalymnos pour grimper un peu. Demain départ pour Orpierre avec une grande pensée pour toi :-)
    J’aurai besoin de ta précieuse aide et de ton expérience, car nous partons un moins au Pérou l’année prochaine. Nous allons bien sûr faire un treck, passer par le machu pichu, mais nous aimerions faire un 6000. Donc je pense que tu es la bonne personne pour aider des novices comme nous. Peut être aurais-tu du temps en automne pour que nous nous voyions un samedi ou un dimanche, par la même occasion nous pourrions faire une balade ou une grimpette quelque part. Tu peux loger chez nous, accompagnée bien sûr, sinon nous pouvons venir sur Genève pour une journée. D’ici là, je te souhaite de belles aventures en montagne, ici on trépigne ! M’enfin quelques projets prévus et un voyage en Afrique du Sud en novembre, on va pas se plaindre. Je t’embrasse. A bientôt peut être Christel

Laisser un commentaire

Brigitte Djajsasmita

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Catégories

Archives

%d blogueurs aiment cette page :